dimanche 28 février 2010

Du droit chemin, ou comment s'en écarter...

Ma vie se résume à trois choses : je me lève tricot, je mange tricot, je dors tricot.

Parfois même, je parlerais bien tricot, mais hélas, chez moi, le sujet est souvent relégué au rang des manies maternelles, avec l'obsession de la chambre rangée et le vice du verre à moitié plein.

Alors j'écris tricot.

Le tricot, c'est chouette : une bon modèle, un bon fil, des heures de bidouilles heureuses devant un bon (et grand, pour pouvoir caler les pages avec mon verre à moitié plein) livre, la dernière saison de Dr House, ou les oreillettes à musique vissées dans les esgourdes, alanguie dans un transat au soleil... Le tricot c'est beau, tellement que cette année, j'ai décidé de le porter. Le tricot, c'est hype, alors on trouve toujours une belle pelote à convoiter. Le tricot, c'est mobile et ça s'emporte même sur une plage en été.

Alors que, tenez, prenez la couture : patrons grandeur nature, tellement grandeur nature qu'aucune table n'est jamais assez grande pour les reporter...
Machine à coudre taillées pour gros bras sinon risque de se froisser un muscle rien qu'à imaginer lui faire monter un étage. Froissage automatique des tissus et fils coupés en série lors de la pose des biais et autres fanfreluches aventureuses. Inadéquation évidente entre l'ouvrage et son modèle, d'où la récurrente reprise de couture avec faufilage , refaufilage et sur-refaufilage. Impossibilité de détricoter le tissu et le rendre à l'état de rectangle réutilisable pour un autre ratage. Concentration maximum requise jusqu'à en oublier  l'heure de "Café Crime" sur Europe 1, et l'arrivée du bus des enfants. Rentrés eux, toujours trop tôt avec leurs doigts sales et cette idiote habitude de prendre un goûter alors que la table de la salle à manger est toujours encombrée des restes atrocement mutilés d'un magnifique crêpe de soie, objet un instant de mes espoirs les plus fous à pouvoir réaliser un petite robe chic et sobre...

La couture, c'est nul ; surtout lorsqu'on la seule chose des explications que l'on puisse comprendre, c'est le numéro du bas de page du livre. À moins de parler couramment 国語.

Et pourtant...

Robe_M_violette__2

Robe_M_violette__3 Robe_M_violette__5 Robe_M_violette__4

49456973_qVoici un robette pour ma très Fashion Victim Chipie patentée, modèle tirée d'un livre pour une fois traduit en français (modèle M, taille 110) : "Basiques pour petite fille", chez Hachette Pratique. Les tissus sont des batistes légères de coton trouvées au hasard des mes vacances.

Et rien que pour cela, grâce aussi aux aguicheuses de JCA, je vais remettre ça...dans le droit fil.

Posté par fol_a_lier à 17:32 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur Du droit chemin, ou comment s'en écarter...

    elle est très jolie comme robe, j'aime bcp le tissu.

    Posté par camelita, dimanche 28 février 2010 à 21:31 | | Répondre
  • et bien et bien, des infidélités .... en tout les cas elle est très jolie cette robette

    Posté par patou, dimanche 28 février 2010 à 21:38 | | Répondre
  • et pourtant tu fais de bien belles choses en couture...joli robe...et oui oui tu peux parler tricot ici...meme couture..;o)

    Posté par rachel, dimanche 28 février 2010 à 23:02 | | Répondre
  • Et alors, les garçons vont te demander des pantalons ! Et là, tu vas encore plus souffrir...

    Jolie harangue sur la couture ! Je partage ton opinion, c'est pour ça que j'ai abandonné les tissus. Ra robe est bien jolie, mais une question : fait-il donc plus chaud chez toi que chz moi en ce moment pour voir ce décolleté et ces bras nus ?

    Posté par Christine, lundi 1 mars 2010 à 05:42 | | Répondre
  • c'est clair que pour la couture, il faudrait avoir une pièce dédiée, avec une grande table d'architecte, beaucoup de lumière et un "coin piqûre", pour que la MAC reste là où elle se sent bien et qu'elle n'y bouge plus... mais pour ça, il faut avoir une pièce vide, dont personne ne voudrait... et ça, globalement, à moins d'en faire son gagne-pain, c'est mission impossible... à moins d'avoir un manoir avec 24 chambres... hi hi hi...
    MAIS même sans le manoir, tu vois qu'on y arrive!!! Même question que Christine : tu habites les Bahamas??? pasqu'ici, on a du gratter les pare-brises ce matin!

    Posté par @udrey, lundi 1 mars 2010 à 10:17 | | Répondre
  • elle est superbe!!

    Posté par Emilie, vendredi 5 mars 2010 à 21:43 | | Répondre
  • ça vaut le coup de lacher un peu ton tricot, elle est super jolie cette robe!!

    Posté par melinette, samedi 6 mars 2010 à 19:52 | | Répondre
  • tu comprends pourquoi maintenant toutes les couturières rêvent d'une pièce de couture avec le tissu qui resterait aussi longtemps qu'il le souhaite allongé sur la table, et des épingles qui gambaderaient joyeusement et sans risque sur le sol...

    Très joli choix de tissu et beau résultat, même si coupé dans le mauvais sens

    Posté par batilou, lundi 8 mars 2010 à 12:27 | | Répondre
  • trop jolie !

    Posté par morgy, mercredi 10 mars 2010 à 13:01 | | Répondre
  • Je suis pliée de rire en découvrant ton message et notament le passage sur la table dévastée au moment du goûter, et de l'oubli de l'heure pour aller les chercher à l'école, ça sent le vécu et jdans un sens ça me rassure, je suis donc pas la seule, je me reconnais tout à fait !

    Quand à la petite robe, elle est magnifique !!!

    Posté par bigoudi & gomina, samedi 3 avril 2010 à 01:44 | | Répondre
Nouveau commentaire